Plus de 34.000 signataires
Nous actualisons régulièrement en début d'article

Le 28 septembre 2020
La 5G est-elle dangereuse ? Une vision différente!
https://www.youtube.com/watch?v=HRioW4FoB2c&feature=youtu.be
Attention ! Cette vidéo ne fait pas partie de la Pétition PAC contre la 5G

Le 27 septembre 2020
Une semaine décisive sur la 5G arrive. Dès mardi, la mise aux enchères des fréquences est censée commencer.
C'est le moment de transformer l'essai : plus une opposition légaliste contre la 5G grondera, plus l'État sera contraint de revenir à un processus démocratique.
Aujourd'hui, ce ne sont pas seulement des fréquences hertziennes qui sont mises à prix, c'est un risque sur les droits fondamentaux de chacun - liberté, santé et vie privée - qui est vendu au plus offrant. C'est aussi un enjeu environnemental collectif qui est sacrifié sur l'autel du dividende pressé.Chacun, en se joignant à d'autres, peut faire avancer la cause.
Nous ne prétendons pas à une bataille gagnée d'avance. C'est, au contraire, une guerre difficile qui est devant nous.
Mais les faits sont là et gagneront à être observés à la lumière de l'évidence. Avec votre soutien, nous agirons en ce sens.

Le 22 septembre 2020
Bravo ! 5.000 participations à l'action contre la 5G
Ce n'est pas sans un certain honneur - mais surtout un immense sentiment d'obligation - que nous vous annonçons qu'aujourd'hui à midi et demi, le compteur  du nombre de contributions à l'action contre la 5G a atteint le cap des 5.000 participations.

Ce seuil des cinq milles n'est pas seulement un symbole contre la cinquième génération de technologie de télécommunication, dont le déploiement devance les études requises. Le succès de cette mobilisation nous oblige et nous mobilise. Dans les prochaines semaines, nous initierons les deux premières procédures.

Les actions #1 et #2 prochainement lancées
Dans peu de temps, les personnes ayant effectué une inscription vont recevoir un email les invitant à choisir si elles souhaitent rejoindre ou non la première action. Elles auront alors la possibilité de devenir une partie à la procédure et d'avoir accès au dossier.
Nous communiquerons à ce moment toutes les informations utiles pour éclairer ce choix. Il n'y a rien à faire pour le moment : c'est nous qui reviendrons par email vers les personnes inscrites.

Foire aux idées contre la 5G
Malgré les appels à faire la lumière sur les tenants et aboutissants stimulant cette course folle vers la 5G, le gouvernement préfère l'obscurité de la finance et de juteuses enchères à hauteur de 2.1 Milliards d'Euros minimum. Il refuse tout débat contradictoire dans le cadre d'un moratoire et maintient les enchères à compter du 29 septembre.
Pour mettre une pression légaliste mais potentiellement contraignante contre cette attitude gouvernementale, vos idées, même en marge du droit tant qu'elles sont légales, sont les bienvenues. Il vous suffit de répondre à cet email et de nous faire part de vos propositions.

Actions contre la 5G - Visons le prochain seuil : 7.500 contributions au total, afin de préparer l'action devant le juge judiciaire contre les quatre opérateurs.
Inscriptions : https://g5raisons.fr/

Le 17 septembre 2020
Le sondage sur la 5G d’OpinionWay – qui a révélé lundi dernier que les deux tiers  des français étaient “pour le moratoire sur la 5G” n’est pas resté sans suite. Le journal “Le Parisien” a publié dès le 17 septembre un contre-sondage concluant que la population serait, au contraire, “majoritairement favorable à cette nouvelle technologie mobile”. Alors – selon la formule consacrée par Emmanuel Macron – les deux tiers des français sont-ils pour ou contre le ”modèle Amish” face à la 5G ? Quelles sont les raisons de l’apparente contradiction frappant ces sondages ? Premiers éclairages, proposés par les porteurs de la class action contre la 5G.

À l’origine, un premier sondage révélant une majorité qualifiée de français “pour” le moratoire
L’information première paraissait nette : dans un sondage réalisé par Opinionway pour MySmartCab et révélé lundi 14 septembre par la plateforme d’actions collectives en justice : “67,7% des répondants jugent "nécessaire" le moratoire sur le déploiement de la 5G – avec un fort consensus au sein de la population française, quels que soient le sexe, l’âge, la région d’habitation, et la catégorie professionnelle” 4.
Trois jours plus tard, un autre sondage, amenant à conclure le contraire ?

Dès lors, le sondage Ifop publié ce jeudi par le Parisien sous le titre “5G : les Français sont pour… mais restent mesurés” interroge sur la cohérence des deux sondages. Pourtant, les deux études émanent d’instituts de sondage réputés et ont été réalisés en ligne auprès d’un millier de français selon la méthode des quotas. Mais déjà trois observations peuvent être faites.

Des questions différentes, posées différemment.
En premier lieu, les questions posées étaient différemment composées.
- Dans le premier sondage, il était demandé aux français si “un moratoire sur le déploiement de la 5G est nécessaire”.
- Dans le second, la question posée était longue, incluait un avantage attendu à terme pour la 5G à savoir un débit cent fois plus rapide : “La technologie "5G" est une nouvelle génération de standard pour la téléphonie mobile qui donne accès à des débits de données cent fois plus rapides que la "4G" pour dix fois plus d’appareils connectés sur une même zone. Certains considèrent cette technologie répond à la demande croissante de données et permettra de développer de nouveaux usages alors que d’autres contestent sa nécessité et son innocuité. De  manière générale, diriez vous que les pouvoirs publics doivent faciliter le déploiement de la 5G en France ?”.
Ainsi, 70% de la longueur de la question était composée d’une mise en avant de ses avantages prétendus, alors que la controverse n’était évoquée que sur 10% de sa longueur.
Des données incomplètes à ce jour sur le second sondage.

En deuxième lieu, si les données brutes du sondage OpinionWay ont été mises en ligne dès sa révélation par MySmartCab 5, celles sous-tendant la conclusion diffusée par “Le Parisien” n’ont pour l’heure pas encore été trouvée. Nous ne doutons cependant pas à ce stade que les diffuseurs du sondage Ifop les remettront sans difficulté particulière pour analyse.

Le questionnement sur l’origine des sondages.
En troisième et dernier lieu, si l’origine du premier sondage réalisé par OpinionWay est revendiquée en transparence par la plateforme MySmartCab  – porteuse d’une classaction massive contre la 5G et défendant ainsi des personnes opposées à l’arrivée de la 5G, l’origine du sondage diffusé par “Le Parisien” interroge : l’étude, coûteuse pour comporter de nombreuses questions et être accompagnée d'infographies réussies, aurait été commandée par une petite EURL “GUIMZU” au capital de 4000 Euros et promotrice de forfait mobiles.

L’action collective en justice contre la 5G confortée par cette guerre des sondages.
Pour Maître Arnaud Durand, avocat au barreau de Paris et porteur de la class action ouverte aux français sur g5raisons.fr, « Ces tensions sur la réalisation de sondages montrent que notre action collective en justice dérange et qu’il est temps de faire la lumière sur les motivations gouvernementales ou industrielles qui sous-tendent son déploiement. ».

Le 13 septembre 2020
BOUYGUES TELECOM commence sa réponse par un double mensonge.
1. Le double mensonge de BOUYGUES
Le 23 février 2020, nous mettions en demeure les quatre opérateurs mobiles, dont BOUYGUES, de suspendre le déploiement de la 5G comme suite à la Pétition Action Collective (PAC) contre la 5G qui avait déjà réunit à l'époque 10.000 signataires - aujourd'hui il y a près de 60.000 signataires.
Illustration Bordeaux
Mais dans sa réponse la société BOUYGUES entend réaliser son déploiement de la 5G en commençant par un double mensonge. Elle prétend, d'abord, ne pas avoir reçu sa mise en demeure par lettre recommandée avec accusé de réception (LRAR). Voici pourtant l'accusé de réception prouvant le contraire :
Preuve réception mise en demeure Bouygues
La société anonyme BOUYGUES prétend, ensuite, que la signification qui lui a été faite le 23 juillet 2020 serait "illisible" alors que celle-ci a été réalisée sous le sceau d'un huissier.
En simple, la SA BOUYGUES TELECOM qui prétend dans sa lettre vouloir devenir un "opérateur responsable" démontre qu'elle recherche le contraire avec mauvaise foi.
Plus grave, elle méprise des risques (santé, vie privée, environnement, etc.) qui lui ont pourtant été fermement dénoncés. Manifestement, BOUYGUES cherche à gagner du temps pour imposer une technologie prometteuse... pour ses actionnaires.

Le 30 juin 2020
Ouverture des inscriptions aux actions collectives en Justice contre la 5G
Cliquez ICI

Le 22 juin 2020 
Suspension du déploiement demandée au Premier Ministre par les ministres de la Santé et de la Transition Écologique et Solidaire
En savoir plus... en cliquant ICI

Le 13 juin 2020
Dossier 5G - Explications - Analyses - Tests - Nicolas Negri
Accès à la vidéo
Chaine de Nicolas Negri


Le 8 juin 2020
Mise en lumière d'une possible stratégie adverse
Version en ligne


Le 2 juin 2020, vous êtes déjà 34.400 signataires à avoir rejoint la Pétition Action Collective PAC contre la 5G - notamment au nom du principe de précaution et du droit à l'autodétermination.
Il est temps d'ouvrir les questions stratégiques et de préserver vos droits avec une première mise en demeure.
En savoir plus... ICI

Public Sénat - Vidéo sur les ondes :
Michèle Rivasi, députée européenne,
débat contre un lobbyiste télécoms pro 5G
Cette émission fera date dans les avancées accomplies par les citoyens et leurs représentants pour l'arrêt de la 5G.
Diffusée sur la chaîne Public Sénat, elle permet à tout un chacun de constater la fragilité du déploiement de la 5G.
Emission sur la 5G
Dans cette vidéo, l'interview d'un économiste pro 5G, qui concède lui-même que cette technologie répond à un besoin... créé artificiellement par l'industrie.

Où en est la PAC (Pétition Action Collective) contre la 5G ?
Les sociétés adverses (Orange, SFR, Bouygues Télécom et Free) ont été mises en demeure par lettres d'Avocat, toutes reçues au 4 mai. Elles ont donc jusqu'au 3 juin 2020, au plus tard, pour trouver une solution. À défaut, une action collective en Justice sera ouverte à ceux qui le souhaitent.
Voir le dossier de mise en demeure contre les principaux opérateurs 5G...

Agissez maintenant : Trois outils de partage sont proposés pour transformer l'essai.

Diffusion : Forum Bien-être ® Magagnosc

Joomla templates by a4joomla